Le chat ... Rien que Chat ! ... Enfin presk !
Vous êtes ici : Accueil » ACTUALITE » Le Sras Force Hong Kong A Se Separer De Ses Chiens Et Chats

Le Sras Force Hong Kong A Se Separer De Ses Chiens Et Chats

D 29 septembre 2003     H 18:11     A CatChat     C 0 messages


"Jamais je ne la laisserai partir", sanglotte Kam Tang en carressant la tête de son berger allemand. Comme des centaines de Hongkongais, la quinquagénaire célibataire refuse de se séparer de son compagnon, tel que l’exigent des règles d’hygiène décidées après l’épidémie de pneumonie atypique.

"C’est injuste. J’ai besoin de sa présence", dit Mme Kam, qui vit seule avec sa chienne de six ans dans un des nombreux appartements publics à loyer modéré, où vivent un peu moins d’un tiers des 7 millions de Hongkongais.
Dans ce genre de logement, le gouvernement veut interdire les animaux domestiques. Ou plutôt faire appliquer une mesure en vigueur depuis des années mais qui n’a jamais été suivie d’effet.
L’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui a tué 300 Hongkongais, a poussé l’ancienne colonie britannique à renforcer l’ensemble des mesures d’hygiène et à totalement proscrire les chats et chiens dans les appartements publics, qui étaient jusqu’alors tolérés pour des besoins "spirituels ou physiques".

Après le tollé général que la mesure a suscité, les autorités ont quelque peu adouci la règlementation. Elle ne concerne plus maintenant que les chiens pesant plus de 20 kgs. Mais la région administrative spéciale (SAR) de Hong Kong n’a pas voulu aller plus loin.
La réglementation, qui prévoit l’expulsion des récalcitrants, devrait donc bel et bien entrer en vigueur dès le mois prochain malgré l’avertissement lancé par la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) qui a prédit un abandon massif d’animaux domestiques.
"J’ai un chien moi aussi mais, en tant que citoyen, on doit également prendre en considération les droits des autres gens", rétorque Ng Shui-lai, un des responsables du Bureau du logement de Hong Kong.
Mais c’est vers un véritable "massacre" que prédit Ivy Chan, reponsable des "Amoureux des chiens", une organisation s’opposant à l’interdiction.

Depuis l’annonce de la mesure, en mai par le gouvernement, 34 chiens et 17 chats ont été euthanasiés par leur propriétaire, selon une étude menée auprès de 16 vétérinaires, assure M. Chan.
"C’est inhumain, pour une société civilisée comme Hong Kong, de tuer des animaux domestiques", dit-il, qui parle de "plusieurs centaines de chiens" de plus de 20 kgs susceptibles d’être abandonnés.
Le nombre de chiens errants ou abandonnés a presque doublé depuis l’épidémie de SRAS, indique Doris Yiu, porte-parole de la SPCA, passant de 750 en février à 1.327 en juillet.

L’interdiction ne sera de toute façon pas plus appliquée que la précédente, raille John Teather, secrétaire de l’Association des vétérinaires de Hong Kong. "Les gens sont très attachés à leurs animaux, et particulièrement les personnes âgées, les enfants et ceux qui ont perdu un membre de leur famille", explique-t-il.

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?